Le behaviorisme : réflexions et perspectives

Conclusions

flying_brain_by_pixelnase

Aujourd’hui, le behaviorisme appartient à l’Histoire. Son influence a décru à partir des années soixante-dix à la suite, notamment, des critiques de Noam Chomsky. Il est peu à peu remplacé par le cognitivisme, à partir des années 80 aux Etats-unis et des années 90 en France. De nos jours, on ne rencontre plus guère de défenseurs du comportementalisme radical tel qu’il était prôné par Skinner ou Watson. Le débat entre psychanalyse et comportementalisme appartient aujourd’hui éteint, l’opposition se situant à présent entre les psychanalystes et les tenants de l’approche neuro-cognitive.

Pour ma part, en relisant ces théories, je ne peux m’empêcher de me poser deux questions : – Tout d’abord, tout cela est-il bien moral? Ensuite, tout cela est-il bien vrai? En effet, des expériences comme celles de Watson apparaissent, avec cinquante ans de recul, assez choquantes. Et la volonté de ne s’en tenir qu’aux manifestations extérieures semble bien réductrice.

Toutefois, si le comportementalisme ne manque pas des susciter des questions, il convient de les laisser ouvertes avant de se précipiter sur les réponses. Je suis toujours géné par les positions d’ostracisme prônée par certains défenseurs de la psychanalyse, sans doute un peu trop zélé. Il me semble que refuser de débattre avec d’autres courants de pensée, quelque soit l’écart qui puisse nous séparer, est une position intenable et terriblement apauvrissante.

D’une manière générale et particulièrement en psychologie, j’ai toujours eu un faible pour les positions minoritaires. Elles permettent de ne pas s’enfermer dans cette position confort où l’on se cantonne à l’entre-soi.

Retour au dossier sur le comportementalisme.

S’abonner aux articles et aux commentaires de Paradoxa.

Critiques du comportementalisme

Les critiques adressées au behaviorisme sont multiples et issues de différents courants de la psychologie et des sciences humaines. En faire l’inventaire serait une véritable gageure. En effet, aux critiques des psychanalystes adressées aux comportementalistes, il faut ajouter celles formulées par les humanistes, les phénoménologues, les cognitivistes ou encore celles de Noam Chomsky (qui fut d’ailleurs pour beaucoup dans le dépassement du comportementalisme par le cognitivisme). On se contentera donc de mentionner les critiques formulées par les psychanalystes et les cognitivistes.

a-brave-new-world

  • Les critiques issues de la psychanalyse

Les psychanalystes ont reproché aux comportementalistes – et notamment aux thérapies comportementales – d’avoir oublié l’inconscient. Réduisant la réalité humaine à ce qui apparaît à un observatuer extérieur, ils ne rendraient pas compte des véritables causes de nos choix. Pour les psychanalystes, le comportementalisme ne voit que la partie émergée de l’iceberg que constitue « l’âme » humaine. Ferenzy déclaraît ainsi en 1927 (lettre du 9 Janvier) : « Sans le moindre sens de l’historicité, […] Watson croit à l’aide d’expériences simplistes, pratiquées sur des animaux, des nouveau-nés et des enfants, avoir résolu, sur le plan théorique, tout le problème du psychisme […] la seule chose scientifique c’est l’observation du comportement […] il réduit les processus psychiques les plus complexes à la plus extrême simplicité, sous forme de réflexes conditionnés […] la métapsychologie de Freud est [pour Watson] un expédient en attendant que ces messieurs les psychologues et béhavioristes terminent leur travail […] J’ai dit que j’enverrais peut-être en traitement chez Watson des souris blanches et des lapins, mais pas des êtres humains vivants. « 

Les psychanalystes (mais avec eux également d’autres courants de pensée) ont accusé les comportementalistes de véhiculer un modèle policier et inhumain des sociétés humaines. Les textes utopistes de Skinner ont ainsi été vivement critiqués. Ils décriraient une humanité sécuritaire, entièrement asservie à un idéal scientiste. Le roman d’anticipation d’Aldous Huxley, Brave New World, dénonce ainsi les conséquences que pourraient avoir une application à l’échelle de la société des concepts développés par Watson.  

Une série d’article du site « Le point de capiton » reviennent plus en détail sur les critiques que les psychanalystes adressent au comportementalistes. A voir également, l’article d’Olivier d’Ouville disponible sur Cairn. L’auteur revient sur les livres de Watson (Le Behaviorisme) et de Skinner (Walden 2). Il critique la dimension policière du projet comportementaliste. Cette dimension est notamment perceptible, selon lui, dans la vision qu’ont les deux auteurs d’une société utopique organisée scientifiquement.

salvador-dali-apparition-dun-visage

  • Le dépassement cognitiviste

Les cognitivistes n’ont pas adressé les mêmes critiques au comportementalisme que les psychanalystes. Ils ont plutôt cherché à s’inscrire dans l’héritage comportementaliste en le dépassant. Ils sont notamment revenus sur le postulat de la « boîte noire » jugé trop restrictif. En effet, pour les comportementalistes, il convient de s’en tenir aux comportements observables sans chercher à rendre compte du fonctionnement psychique des individus. Or, pour les cognitivistes, ce postulat ne permet pas de rendre compte des phénomènes d’une manière satisfaisante. Pour eux, on ne peut comprendre le passage du stimulus à la réponse sans formuler des hypothèses sur ce qui se passe dans la « boîte noire ».

Pour un relevé plus exhaustif des critiques formulées à l’égard du comportementalisme, voir l’article suivant. Il s’agit d’un cours et les idées sont mentionnées mais pas toujours développées.

thérapie comportementale rationnelle émotive (rebt)

  • Présentation de la thérapie rationnelle

La thérapie rationnelle émotive (en anglais REBT pour Rational emotiv behavior therapy) est une thérapie comportementale inventée par Albert Ellis au milieu des années cinquantes.

La thérapie rationnelle a pour but d’aider les patients (on parle plutôt de clients) à modifier leurs comportements et leurs émotions qui sont vécus comme n’étant pas satisfaisants. Pour ce faire, le thérapeute cherche à rendre le client conscient des croyances et des attitudes qui sont à la source de ces comportements. Celui-ci peut alors les modifier et agir ainsi indirectement sur les comportements ou les émotions qui le font souffrir. Le processus thérapeutique se base donc sur un apprentissage qui a pour but de permettre au client de s’aider lui-même.

  • Le modèle ABC   

Le modèle ABC représente un des fondements de la thérapie rationnelle. Pour A.Ellis le but de tous les hommes est de vivre heureux. Mais les aléas de la vie rendent ce but bien souvent difficile à atteindre. Or, la façon dont nous réagissons lorsque nous ne parvenons pas à atteindre ce but dépend de nos croyances. A.Ellis a développé ce qu’il a appelé le modèle ABC pour rendre compte de ce phénomène.

    A. Quelque chose se produit.
    B. Vous avez une croyance à propos de la situation.
    C. Cette croyance est la cause d’une réaction émotionnelle particulière.

 

Prenons un exemple pour que cela soit plus clair:
    A. Votre patron vous accuse de lui avoir volé son portefeuille.
    B. Vous pensez : »Il n’a pas le droit de m’accuser, c’est vraiment un @#*! »
   C. Vous vous sentez en colère.

 

Si vous aviez eu un système de croyance différent, votre « réponse émotionnelle » aurait été différente:
    A. Votre patron vous accuse de lui avoir volé son portefeuille.
    B. Vous pensez: « Je ne dois pas perdre mon travail. J’ai un crédit sur le dos »
    C. Vous vous sentez anxieux.

 

Certes, dans mon exemple vous ne vous sentez pas plus heureux dans le deuxième cas, mais l’idée est de montrer que vos émotions dépendent de vos croyances et de votre manière d’interpréter les faits. Ainsi, ce n’est pas A (le fait que votre patron vous accuse) mais B (vos croyances et pensées) qui entraine la réponse émotionnelle C (être en colère ou anxieux).

Le document qui suit montre comment la thérapie d’A.Ellis peut être mise en pratique. Miranda Howard joue le rôle de la thérapeute et Jeffrey Guterman joue le rôle du client (il s’agit bien sûr d’une scène et non d’un véritable entretien). L’entretien illustre la pratique de la méthode ABC. Le client se sent déprimé (A) à l’idée qu’il mourra un jour (C). Sa croyance irrationnelle (B) est « je ne mourrai jamais ». Le thérapeute aide le client à prendre conscience que c’est la croyance irrationnelle B qui est la cause de A et qu’il faut la modifier.

 

Il existe peu de site en français sur la thérapie rebt, il faut donc se rabattre sur les sites anglophones. Citons notamment:

L’article de wikipedia sur la thérapie REBT
l’institut Albert Ellis
– Une présentation assez détaillée de la thérapie rationnelle-émotive

Retour au dossier sur le comportementalisme.

L’étude des phobies: le cas du petit Albert.

L’étude des phobies: le cas du petit Albert.

Le cas du petit Albert, réalisé en 1920 et présenté dans la vidéo ci-dessous, représente un des travaux les plus célèbres de Watson (mais également un des plus critiqué, vous comprendrez vite pourquoi). Le but de cette expérience était d’appliquer les récentes découvertes sur le conditionnement classique à l’étude de la peur chez un enfant de 11mois.

1. Dans un premier temps, Watson présente à l’enfant une souris et constate que l’enfant n’en a pas peur. La souris constitue alors un stimulus neutre (SN).

SN (souris)–> RN (pas de pleurs)

2. Ensuite, le chercheur associe le stimulus neutre (la souris) à un bruit violent : le stimulus inconditionnel (SI) qui suscite une réaction de peur (Réponse Inconditionnelle) chez l’enfant.

SN (souris) + SI (bruit) –> RI (l’enfant pleure)

3. Watson répète cette opération plusieurs fois, jusqu’à ce que le stimulus neutre (appelé à présent stimulus conditionnel) entraine une réponse conditionnelle. En d’autres termes, l’enfant, qui a associé la souris et le bruit qui lui fait peur, pleure dès qu’il voit une souris. Cette peur va peu à peu se généraliser à l’ensemble des animaux.

SC (souris) –> RC (l’enfant pleure)

Watson voit dans cette expérience un moyen d’expliquer la naissance des phobies. En effet, à partir d’une expérience traumatique associant un stimulus neutre à un stimulus angoissant, le sujet va associer ce stimulus à la peur et développer une phobie. Par la suite, la phobie va se généraliser à l’ensemble des stimuli qui ressemblent au stimulus d’origine (il aura peur des souris puis de tous les animaux).

A cette première partie de l’expérience, Watson voulait en faire succéder une seconde qui avait pour but de désensibiliser l’enfant de sa peur des animaux. Le problème est que la mère de l’enfant, constatant que son fils était devenu complètement phobique des animaux, décida d’arrêter cette expérience à l’éthique pour le moins questionnable, surtout pour le spectateur moderne.

Retour au dossier sur le comportementalisme.

Description parodique des expériences de Watson.

 Voici une vidéo réalisée par Makushime (de son vrai nom Maxime Alexandre), un étudiant canadien. Elle expose de manière parodique, le schéma d’apprentissage de type « stimulus-réponse » découvert par Watson. C’est drôle et en plus cela reste fidèle fidèle à la théorie de base (bon c’est sûr l’expérience est un peu plus dangereuse que celles menées par Watson..).

Retour au dossier sur le comportementalisme.

« La boite de Skinner » : expériences sur la motivation et les apprentissages.

Après la découverte du conditionnement opérant  comme modèle de l’apprentissage, des expériences ont été menées pour tenter de mettre en lumière le rôle de la motivation sur l’apprentissage.

Le document suivant date de 1948 et a été réalisé à l’université de Yale (Institute of Human Relations). Il est en anglais non-sous-titré (comme  de nombreux documents de ce genre malheureusement). L’expérimentateur décrit une série d’expériences menées à partir de la « boite de Skinner ».

1. Dans la première expérience, on distingue deux rats : l’un a mangé et l’autre a faim. Le rat affamé sera plus actif dans la boite et découvrira plus vite comment accéder à la nourriture. Dans l’autre cage, le rat qui a déjà mangé ne fait rien.

2. On passe alors  à la deuxième partie de l’expérience. On envoie des décharges électriques sur le rat, qui se met à faire des bonds partout et découvre qu’en appuyant sur le levier il arrête les chocs électrique (il y aurait beaucoup à dire sur le sadisme des expérimentateurs mais cela nous ferait dévier de notre sujet). Cette fois, le rat apprend beaucoup plus vite car il est motivé.

3. Nouvelle expérience: on apprend au petit rat à tourner une roue pour arrêter les chocs électriques (elle est assez semblable à la 2).

4. Même décor, mêmes acteurs: à présent, le rat doit mordre  un petit tuyau pour arrêter l’électricité. L’idée est de montrer que l’on peut apprendre une grande quantité de choses au rat dès qu’on parvient à le motiver.

5. Dernier cas, cette fois l’expérimentateur va induire une réponse sociale. Il apprend aux rats, enfermés dans la même cage, a se battre pour  faire cesser les chocs électriques. 

Conditionnement classique et conditionnement opérant

Le conditionnement est au centre des théories comportementales. Il existe deux types de conditionnement : le conditionnement classique et le conditionnement opérant.

 

1. Le conditionnement classique:

Le conditionnement classique (aussi appelé conditionnement répondant) a été introduit par I.Pavlov. Il provient de l’association entre des stimuli (c’est-à-dire des phénomènes issus de l’environnement qui vont stimuler l’organisme) et les réactions automatiques  de l’organisme (ce point est important). Pour Pavlov, l’ensemble des comportements complexes pouvaient être réduits à des chaînes de comportements conditionnés.

Voici les différentes étapes du conditionnement:

  • Dans un premier temps, nous avons la situation suivante:

SN + SI –> RI

Le stimulus neutre (SN), qui ne déclenche aucune réponse ou une réponse neutre (RN), est associé au  stimulus inconditionnel (SI) -survenu au hasard, sans apprentissage –  qui déclenche une réponse inconditionnelle (RI) . Elle se manifeste de façon automatique sous forme d’émotion (par exemple, pleurer quand on nous tape sur le pied) ou de réflexe (saliver quand on voit un éclair au chocolat). Le stimulus neutre est également présent (par exemple un bruit de cloche dix secondes avant l’arrivée de l’éclair au chocolat) sans que le sujet ne fasse d’abord de lien entre le SN et le SI.

  • Après cette première séquence (qui nécessite parfois d’être répétée plusieurs fois), un conditionnement s’est mis en place et l’on peut établir le schéma suivant:

SC –> RC

Le stimulus conditionnel (SC) qui est à l’origine le stimulus neutre (SN), déclenche la même réponse que le stimulus inconditionnel (maintenant, quand j’entends un bruit de cloche, je salive car je pense à l’éclair au chocolat que j’associe, par habitude, au bruit de la cloche). On parle alors de réponse conditionnelle (RC) pour décrire cette réponse associée à un stimulus conditionnel.

Le célèbre « chien de Pavlov » a été l’un des premiers participant canin aux expériences sur le stimulus conditionnel. Pavlol, scientifique du début du XXe siècle, effectuait des recherches sur la salivation des chiens. Il remarqua qu’un chien qui revenait dans le laboratoire de recherches après plusieurs fois, se mettait à saliver avant même qu’on le nourrisse. Le chien salivait à voir simplement la pièce ou  le plat dans lequel on mettait la nourriture. Pavlov donna à ce phénomène le nom de réflexe conditionnel.

Par la suite, Pavlov présenta de la nourriture à un autre chien. Pour reprendre les termes précédents, le SI était la nourriture qui provoquait toujours la salivation du chien (RI). Mais cette fois, le chercheur commença à faire sonner une cloche (SN) chaque fois qu’il se préparait à lui servir son repas. Après peu de temps, il réalisa que le chien salivait (RC) dès qu’il entendait la cloche (SC) et ce, même s’il ne lui apportait pas la nourriture.

 Plus tard, Pavlov complexifia encore son expérience et son chien finit par ne plus être très opérationnel (mais c’est une autre histoire).

Pavlov et ses chiens
Pavlov et ses chiens

 

2. Le conditionnement opérant :

 Quelques dizaines d’années après, le concept de conditionnement fut modifié par Skinner qui inventa la notion de conditionnement opérant par opposition au conditionnement classique de type pavlovien, que nous venons de décrire. La différence tient dans ce que le conditionnement n’est plus lié chez Skinner à des réponses réflexes de l’organismes mais à l’influence de l’environnement, qui renforce positivement ou négativement le conditionnement. Par exemple, si un rat découvre, par hasard, qu’en actionnant un levier il obtient de la nourriture, il cherchera à actionner à nouveau le levier (et finira obèse mais je sens que je m’égare). Cette nouvelle description du conditionnement, plus subtile, constitue un modèle de description des apprentissages.

La boite de Skinner, dont une version légèrement modifiée est décrite dans la vidéo ci-dessous,  permet de mettre en évidence le conditionnement opérant. Je vous incite d’ailleurs fortement à la visionner car elle permet de bien comprendre la spécificité du conditionnement opérant. L’expérimentateur va apprendre au rat différentes tâches : D’abord (1) appuyer un levier pour avoir de la nourriture. Puis (2) pousser une manette et appuyer sur un levier. Enfin (3), mettre une bille dans un cercle, pousser la manette et appuyer sur le levier.

Retour au dossier sur le comportementalisme

Article réalisé par Vincent Joly

Psychologue à Paris XX

Albert Ellis. Le père du comportementalisme

Albert Ellis (Septembre 1913 – Juillet 2007) est le psychologue américain qui a développé à partir de 1955 la Thérapie rationnelle-émotive. Diplômé en psychologie clinique, il a créé à New York l’Institut Albert Ellis dont il fut le président. Il est considéré comme l’un des pères des thérapies cognitivo-comportementales (TCC). Il est intéressant de remarquer que, d’après une enquête faite en 1982 auprès des psychologues américains et canadiens, il considéré comme une des psychothérapeutes ayant eu le plus d’influence (après Carl Rogers classé premier, et avant Sigmund Freud classé troisième).

Dans la Thérapie Rationnelle, le thérapeute aide son patient à comprendre  que sa philosophie personnelle contient des croyances qui sont source de souffrances émotionnelles. Cette nouvelle approche travaille à changer activement les croyances et comportements qui entravent le patient en en démontrant l’irrationalité et la rigidité. Ellis rattache tous les problèmes à des croyances de base irrationnelles tels que « Je dois être parfait » ou « Je dois être aimé de tous ». Selon lui, l’analyse rationnelle permet aux patients de comprendre leurs dysfonctionnements d’abandonner pour partie leurs croyances irrationnelles, et de développer alors une position plus rationnelle.

 

 

 La vidéo qui suit est un entretien réalisé avec A.Ellis. Il est en anglais non sous titré donc réservé aux amis – plus ou moins proches – de la langue de Shakespeare.

 

 

Retour au dossier sur le comportementalisme.

Burrhus Frédéric Skinner, penseur du conditionnement opérant.

Burrhus Frédéric Skinner est considéré comme un des représentants les plus éminents du comportementalisme.

bf-skinner

Skinner est né en 1904 en Pennsylvanie.Fait surprenant, il commença par étudier la littérature avant de se tourner vers l’étude de la psychologie humaine. Il suivit des études à l’université d’Harvard et obtint son doctorat en 1931. En 1945, il devient le directeur du laboratoire de psychologie de l’université d’Indiana. Il meurt trente-cinq ans plus tard d’une leucémie. Ses ouvrages les plus célèbres sont  Walden Two, publié en 1948, et Par Delà la liberté et la dignité publié en 1971. Dans ce dernier ouvrage, Skinner cherche à décrire, à travers sa reflexion sur le conditionnement et l’apprentissage, le rôle de l’Etat dans les troubles de son époque et les réponses qu’il est possible d’y apporter (une biographie plus détaillée est disponible sur le site de l’encyclopédie de l’agora. A lire également, un très bon article de l’Unesco sur Skinner).

Skinner est notamment le père du concept de conditionnement opérant (voir article à ce sujet) ainsi que de la « boite de Skinner » permettant d’expérimenter le conditionnement (voir article à ce sujet).

Le document qui suit est un entretien avec Skinner dans lequel il expose sa vision de l’apprentissage, du conditionnement et des motivations des actions humaines (il parle notamment du jeu). Cette vidéo a été postée par la fondation Skinner sur le site de laquelle vous trouverez de nombreux documents en anglais.

 

 

Retour au dossier sur le comportementalisme.

Le comportementalisme ou behaviorisme : auteurs, concepts et applications

Le comportementalisme ou behaviorisme a marqué l’histoire de la psychologie du XXe siècle. Critiquée voire décriée, cette discipline n’en reste pas moins l’inspiratrice des thérapies cognitivo-comportementales tant utilisées de nos jours. Il nous semble donc intéressant de revenir, à travers cette série d’articles, sur les principaux concepts et les figures marquantes de cette discipline.

Bonne lecture à tous.   

 

 

 

I. Figures historiques du behaviorisme.

Pour commencer ce tour d’horizon du behaviorisme, nous avons choisi de vous présenter trois de ses plus célèbres représentants (un article sur Pavlov est également en gestation mais n’est pas disponible pour le moment). 

  1. Présentation de J.B.Watson.
  2. B.F.Skinner, penseur du conditionnement opérant .
  3. ALbert Ellis, le père des thérapies comportementales .
  4.  bfskinner

 

II. Un fondement du behaviorisme : le condionnement.

Le concept de conditionnement est au coeur des théories comportementales. Il constitue un modèle de description des rapports de l’individu à son environnement.

  1. Conditionnement classique et conditionnement opérant.
  2. Motivation et apprentisssage. Les expériences de 1948 .
  3. Description parodique des expériences de Watson .

imagining_the_brain_2007_41

 

 

 

 

III. Applications du behaviorisme.

Au-delà de ces études théoriques, le comportementalisme a été appliqué de manière plus concrète au travail thérapeutique et pédagogique. Nous présentons trois exemples de ces applications.  

  1. L’étude des phobies: le cas du petit Albert.
  2. B.F. Skinner et la machine à enseigner.
  3. La thérapie comportementale rationnelle-émotive.

albert2 

IV. Débats sur le comportementalisme.

Le comportementalisme a soulevé de nombreuses critiques. Nous présentons d’une part une défense du behaviorisme et d’autre part un résumé des critiques dont il a fait l’objet.

 

  1. Défense philosophique du comportementalisme .
  2. Critiques du comportementalisme .

 

arbre-cerveau

V. Le behaviorisme : réflexions et perspectives.