Evolution de l’autisme infantile traité chez Geneviève Haag – par Aurélie Moreau

Le processus normal de séparation/individuation trouve son pendant pathologique avec le travail de G. Haag. Cette psychanalyste, qui a consacré une grande partie de son travail à l’autisme, rend effectivement compte de ce processus dans sa description des quatre étapes de l’évolution de l’autisme infantile traité[1] dont la grille est présentée en annexe[2]. Ces quatre étapes sont les suivantes : l’ « état autistique réussi » avec l’annulation de la séparation des corps et de l’objectivation des objets ; la « récupération de la première peau » correspondant au début de la phase symbiotique ; la « phase symbiotique installée » avec des clivages du corps et un rapprochement vers les adultes, un minimum de relations en tête-à-tête et d’échanges de regards ; enfin l’ « étape d’individuation » avec un corps total sphinctérisé et séparé. A chaque étape, les différents comportements et capacités sont mis en rapport, liés, et trouvent une unité dans la théorie psychanalytique de l’autisme, surtout en ce qui concerne les vécus corporels et l’avancée de la différenciation soi/non-soi. Sont alors repérés, pour chaque étape : l’état de l’image du corps, les symptômes autistiques, les manifestations émotionnelles et relationnelles, l’état du regard, l’exploration de l’espace et des objets, l’état du langage, l’état du graphisme, le repérage temporel, les conduites agressives, la réactivité à la douleur et l’état immunitaire.

Ces étapes décrivent donc le chemin parcouru par l’enfant autiste depuis la fusion totale d’avec son objet maternel jusqu’à la séparation et l’individuation. Ce chemin, long et plein d’embûches, dépend notamment des qualités que présente l’objet. Si, certes, le sujet a un rôle à jouer dans le travail de différenciation d’avec l’objet, il ne faudrait pas non plus nier la part active de celui-ci. En effet, l’objet doit permettre au sujet de vivre des alternances satisfaisantes de rapprochements et de distanciation, de fusion-défusion-refusion pour que le sujet puisse s’engager dans une voie qui le mènerait à la séparation psychique d’avec son objet.


[1] HAAG, G. (1995). « Grille de repérage clinique des étapes évolutives de l’autisme infantile traité », Psychiatrie de l’enfant, XXXVIII, 2, p. 495-527.

[2] Cf annexe 7.

Dossier sur la psychothérapie

La psychothérapie est une pratique à la fois diverse et complexe. Cette série d’articles tente d’en cerner les contours et les enjeux en cherchant à rester clair et au plus près de la pratique.

Mark Rothko, Orange et jaune

En voici les grands thèmes:

  • Vidéo sur le déroulement d’une thérapie:

Compréhension du processus thérapeutique

 

  • Les premiers temps d’une thérapie et les abandons thérapeutiques précoces:

L’arrêt précoce de la thérapie

Pourquoi certains patients abandonnent-ils leur thérapie dès les premiers entretiens?

 

  • Présentation de deux ouvrages récents sur les psychothérapies:

F. Parot, L. Fouré, S. Demazeux. Les Psychothérapies, fondements et pratiques. Belin, 2011

Pierre Gaudriault et Vincent Joly, Construire la relation thérapeutique, Dunod, 2013.