La psychanalyse en 1964. INA

La psychanalyse telle qu’elle était présentée en 1964 par le président de la SPP de l’époque, Sacha Nacht. Autant vous dire que cela a bien vieilli et que l’on ne met plus dans la psychanalyse l’espoir immodéré que l’on pouvait avoir dans les années soixantes.

Résumé:

Etienne Lalou s’entretient avec Sacha NACHT. En introduction, il présente Sigmund FREUD. Puis, il évoque quelques principes de FREUD qui sont à la base de la compréhension psychanalytique, notamment la distinction entre ce qui est conscient et inconscient chez l’être humain.Etienne Lalou demande ensuite au public d’entrer « dans les méandres de l’inconscient et du conscient ».Cette évocation prend la forme de séquences correspondant à différents exemples, où le récit de patients virtuels s’articule autour des images du bureau du psychanalyste. A la fin de chaque « séance », le psychanalyste donne des éléments d’interprétation.

Archives vidéos Sciences et techniques Médecine, Santé : Ina.fr

Continuer la lecture de « La psychanalyse en 1964. INA »

La vérité en psychologie : hypothèses heuristiques et nombres complexes

Suite aux discussions sur le statut de la vérité en psychanalyse (cf. appel à l’aide théorico-pratique), je voudrais me livrer à une petite digression sur la notion de la vérité. Il ne s’agit pas ici d’aborder cette question frontalement et de manière théorique mais au détour d’une métaphore. En effet, je suis persuadé qu’une métaphore ou une comparaison produit parfois plus de sens qu’une stricte réflexion théorique.

 

Francesco Mai

 

En mathématiques l’ensemble des nombres complexes englobe celui des réels. Les nombres complexes sont définis par une base réelle et une base imaginaire (i) qui correspond à x multiplié par racine carré de -1 (cf. wikipedia). √-1 est un chiffre qui « n’existe pas » (il s’agit d’un calcul qui n’admet aucune réponse) pourtant les nombres complexes sont utiles car ils permettent de résoudre des équations qui sans cela sont insolubles. Pour le dire dans un vocabulaire qui n’est pas celui des mathématiques, √-1 est « faux » dans le sens où aucun calcul dans la vie courante ne peut avoir ce chiffre pour résultat final. Dire que mon compte est crédité de √-1 euros n’a aucun sens. De ce fait, les nombres complexes doivent être supprimés, consommés, au cours du calcul mathématique. Pour le dire autrement, il est nécessaire, dans certaines équations, d’avoir recours à une impossibilité qui sera supprimée car elle permet de résoudre l’équation en dépassant une difficulté à un moment du calcul.

Certaines hypothèses en psychanalyse ou dans la religion me semblent avoir le même statut que les nombres complexes : elles ne sont pas vérifiables ni falsifiables et n’ont été démontrées par aucune expérience scientifique. Pourtant, il est nécessaire de les utiliser dans certaines situations, tout comme il est nécessaire d’utiliser les nombres complexes dans certaines équations.
Ces hypothèses (pour prendre des exemples très schématiques : l’existence de Dieux ou l’existence de l’inconscient) ne doivent donc pas être jugées sur leur réalité mais sur la réalité de leurs effets. La question qui se pose alors est : faut-il utiliser telle hypothèse plutôt que telle autre? Pour y répondre, il convient de se poser deux questions:
a/ Est-ce utile?
b/ Est-ce bien?

La question de l’utilité du recours à telle hypothèse plutôt qu’à telle autre va notamment se poser dans le cas des thérapies. En effet, dans ces cas, il existe un but que l’hypothèse doit permettre d’atteindre. Et l’on cherchera dès lors à savoir s’il est plus utile de penser le sujet en termes psychanalytiques, comportementalistes ou systémiques pour que la thérapie soit réussie (reste à définir ce qu’est une thérapie réussie mais c’est un autre débat).
La question du bien se pose lorsque ce qui est recherché n’est pas d’ordre thérapeutique. Dans ce cas, on ne saurait choisir pour l’autre quel nombre complexe il souhaite utiliser pour résoudre l’équation de son existence et l’on ne saurait dire s’il est « mieux » d‘être chrétien, freudien ou lacanien.
Il me semble que ce double clivage entre d’une part réalité observable et hypothèses inobservables et, d’autre part, entre hypothèse utile et hypothèse juste permet de clarifier de nombreux débats en psychologie qui, mélangeant trop souvent ces différents niveaux, ne permettent pas de développer une réflexion claire.

 

– Autres articles propos de la notion de vérité en psychologie :

     . Appel à l’aide théorico-pratique : pour les fondements d’une nouvelle psychologie 

     . Un exemple concret: la psychodynamique du travail 

     . La vérité en psychologie : hypothèses heuristiques et nombres complexes 

Pétition sur les risques psychosociaux : débattre enfin du travail

Paradoxa soutient l’appel lancé par le magazine Santé et travail face à la dégradation des conditions de travail et des relations sociales dans les enteprises. Cet appel et ces signatures seront adressés au Conseil d’orientation sur les conditions de travail.

Signer l’appel

Voir la liste des signataires

Continuer la lecture de « Pétition sur les risques psychosociaux : débattre enfin du travail »

Art et test de Rorschach

Alors que le débat entre partisants et opposants à la publication des planches du Rorschach  a fait rage sur wikipedia (cf. controverse autour du test du Rorschach), j’ai voulu ouvrir une fenêtre sur ce que l’art avait pu faire de ce test. Il me semble en effet que la spécificité de ce test est de ne pas proposer une série de bonnes réponses qu’il s’agirait de trouver (d’où le caractère oiseux du débat autour des « solutions » ou des « bonnes réponses » qui pourraient être données ici ou là sur la toile). En cela, il se distingue des tests de QI (le Wisc et la Wais) dans lesquels il s’agit de comptabiliser les bonnes et les mauvaises réponses en s’interrogeant sur les causes des erreurs.

Le test de Rorschach doit plutôt me semble-t-il être vu comme une occasion de retrouver la part de subjectivité que recèle toute perception est de s’interroger sur ce qui en fait la spécificité. C’est en ce sens que le test a pu inspirer et inspire encore les artistes.

Voici donc quelques oeuvres dénichées au détour de mes pérégrinations sur le web et que je laisse à votre interprétation (j’ai bien peur d’avoir perdu les bonnes réponses..)

Continuer la lecture de « Art et test de Rorschach »

Portrait de Ludwig Binswanger (vidéo)

Dans cette conférence, François de Gandt réalise le portrait de Ludwig Binswanger. Je ne saurais que trop recommander cette présentation à tout ce qui s’intéressent de près ou de loin au phénoménologue. Le propos est clair, le ton pédagogique et léger (et je sais que ce n’est pas toujours le cas dans les vidéos de la vidéothèque de Paradoxa, il était donc important de le souligner..).
François de Gandt parle d’abord de la famille de Binswanger et de la clinique Bellevue, appartenant à la famille de Binswanger et dans laquelle ce dernier a travaillé. Il revient ensuite, et je dois dire que c’est ce point qui m’a particulièrement intéressé, sur les rapports de Binswanger aux théories de son époque. Il évoque l’influence d’Husserl puis celle de Heidegger (marquée notamment par une certaine fascination pour la notion de Dasein) ainsi que les relations de Biswanger à Freud et à Jung. La dernière partie de la conférence porte sur des conseils de lecture (difficile question tant l’oeuvre de Binswanger est disemblable et disparate).

Paradoxa soutient l’appel à donation de wikipedia

Wikipedia a besoin de vos sous et le fait savoir. L’encyclopédie appelle régulièrement à des donations pour pouvoir soutenir la pérénité de son fonctionnement. Je me permets de relayer l’appel de son fondateur Jimmy Wales car je crois en l’importance de la production d’un savoir libre sur le net. C’est le projet originel des encyclopédistes qui se poursuit en effet aujourd’hui à travers de nouveaux outils. Ne laissons pas l’utopie mourir faute d’argent..

« Aujourd’hui, je vous demande de faire un don pour soutenir Wikipédia.

Nous avons lancé Wikipédia en 2001, et au cours des huit dernières années, j’ai vu avec émerveillement et humilité des centaines de milliers de bénévoles se joindre à moi pour construire la plus grande encyclopédie de l’histoire de l’humanité.

Wikipédia n’est pas un site Web commercial. C’est une œuvre communautaire, entièrement écrite et financée par des personnes telles que vous. Plus de 340 millions de personnes utilisent Wikipédia tous les mois, soit presque un tiers des personnes ayant accès à Internet. Vous faites partie de notre communauté.

Je crois en nous. Je crois que Wikipédia ne cesse de s’améliorer. C’est son principe même : une personne écrit quelque chose, une autre le perfectionne et ainsi Wikipédia ne cesse de s’améliorer, avec le temps. Si vous la trouvez utile aujourd’hui, imaginez tout ce que nous pouvons accomplir ensemble dans les cinq, dix ou vingt années à venir.

Wikipédia est la preuve du pouvoir qu’a tout un chacun de rendre possible l’extraordinaire. Ce sont des gens comme nous qui écrivent Wikipédia, petit à petit. Ce sont des gens comme nous qui la soutiennent financièrement. C’est la preuve que tous ensemble, nous pouvons changer le monde.

Nous devons protéger l’espace où se réalise cette œuvre importante. Nous devons protéger Wikipédia. Nous voulons qu’elle reste libre d’accès et libre de toute publicité. Nous voulons qu’elle reste libre : vous pouvez utiliser l’information de Wikipédia de la manière que vous souhaitez. Nous voulons qu’elle continue à grandir, diffusant la connaissance partout et invitant chacun à participer.

La Wikimedia Foundation est une organisation à but non lucratif que j’ai fondée en 2003 pour héberger, développer, entretenir et protéger Wikipédia. Avec dix millions de dollars américains par an et un effectif de moins de 35 personnes, elle héberge le cinquième site Web le plus lu dans le monde entier. Je vous demande votre aide pour que nous puissions continuer notre travail.

Imaginez un monde dans lequel chaque personne pourrait partager librement l’ensemble des connaissances humaines. C’est ce vers quoi nous nous dirigeons. Et avec votre aide, nous y arriverons.

Merci d’utiliser Wikipédia. Vous faites partie de l’aventure : s’il vous plaît, faites un don.

Jimmy Wales

Co-fondateur de Wikipédia »

Envoyer un don à wikipedia

Vision poétique de la synesthésie

Voici une vidéo donnant un aperçu assez personnel de ce que peut être la synesthésie, dans laquelle différents sens sont confondus. 

Pour en savoir plus sur la synesthésie : 

L’article de wikipédia à ce sujet.  

Un site sur la synesthésie  

 

[vodpod id=ExternalVideo.911671&w=425&h=350&fv=clip_id%3D5297531%26server%3Dvimeo.com%26autoplay%3D0%26fullscreen%3D1%26md5%3D0%26show_portrait%3D0%26show_title%3D0%26show_byline%3D0%26context%3Duser%3A1946955%26context_id%3D%26force_embed%3D0%26multimoog%3D%26color%3D00ADEF%26force_info%3Dundefined] 

more about « Vision poétiue de la synesthésie« , posted with vodpod